Site de l’Eglise catholique en France hébergé par la CEF (Conférence des Evêques de France)
Site consacré aux pèlerinages de saint Mathurin à LARCHANT, dans le diocèse de Meaux. en Seine-et-Marne.
Vous y trouverez des informations pratiques, l'histoire du pèlerinage, des prières et des témoignages.

La maladie me touche dans mon corps ou dans mon esprit.

Elle risque d’être un obstacle à la vie de Dieu en moi. Elle me fragilise face aux atteintes de l’ennemi de Dieu.
La souffrance à elle seule n’a pas de sens, mais elle me place devant un choix : baisser les bras … ou les lever vers le ciel ! Je peux demander à Dieu de visiter et d’habiter ma maladie et ma souffrance par son sacrement. Celles-ci prennent du sens à cause de Lui. Elles deviennent un lieu d’affirmation de ma fidélité au Père.
Accueillie dans la foi par le malade et sa communauté chrétienne, l’onction des malades est porteuse d’espérance, de réconfort et de soutien. Saint Jacques dit : « le malade s’en trouvera bien ». Dans cette union au Christ les victimes de la maladie puisent une lumière pour leur vie affrontée à la souffrance et le courage de la supporter en lui faisant face.
La Bible, l’histoire de l’Église et notre pèlerinage montrent aussi des guérisons merveilleuses. Tous les malades n’ont pas cette chance. Quand cela arrive nous voyons encore mieux que le monde de Dieu dépasse celui que nous connaissons. Mais la plus belle merveille c’est de faire briller l’image de Dieu dans l’humble poussière des créatures que nous sommes.
L’onction des malade restaure l’alliance baptismale altérée par la maladie. Comme le pécheur avoue ses péchés pour retrouver la grâce, le malade s’expose en ses blessures à l’onction
On peut la recevoir pour toute nouvelle maladie du corps ou de l’esprit.
On peut renouveler l’onction quand la maladie a changé (évolution ou recommencement)
Le signe visible d’une vraie maladie est le recours à un médecin.
Le sacrement de réconciliation contribue à une bonne préparation de l’onction des malades

Pour vous préparer à recevoir ce sacrement, vous devez en parler à un prêtre ou à un des frères du pèlerinage chargés de l’accueil (foulard violet) pour vous y préparer.